Porto Ricto : Victoire de # Ricky Démission ! Communiqué du MCI

Porto Rico a été sous domination espagnole pendant 400 ans, puis perdue au profit des USA, lors de la guerre hispano-américaine de 1898. Aujourd’hui, il s’agit toujours d’une colonie américaine, avec le statut officiel  »d’état associé ». Ainsi les portoricains ont la nationalité américaine, mais ne peuvent pas voter aux élections présidentielles. Ils élisent par contre un gouverneur.

Ainsi Ricardo  »Ricky » Nevares, est entré en fonction le 2 janvier 2017. Son projet politique ? Que Porto Rico soit reconnu comme un état des États-Unis.

Du fait de la main-mise des États-Unis sur tous les échelons de l’économie de l’île, la dette contractée envers les USA est extremement importante. A tel point que Porto Rico est déclarée en banqueroute en mai 2017 : des centaines d’écoles sont fermées.

En septembre 2017, l’île est dévastée par l’ouragan Maria. Plus de 4600 portoricains meurent. Alors qu’il y a urgence, qu’il n’y a plus ni eau courante, ni électricité sur l’île, Trump arrive sur place deux semaines plus tard. Il annonce qu’il n’y a eu que 16 morts ! Et ose se plaindre : «Je déteste te dire ça Porto Rico mais tu déstabilises notre budget».

Le bilan de l’austérité et de la catstrophe naturelle est catastrophique : 10% de la population de l’île a fui le pays, et un enfant sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

Le 13 juillet 2019, des discussions internes du gouverneur et son équipe fuitent : des propos misogynes et homophobes sont tenus envers des personnalités publiques (le chanteur Ricky Martin), des journalistes, et des personnalités de l’opposition. De plus, le gouverneur se moque des morts de l’ouragan Maria ( »ça fera de la nourriture pour nos corbeaux »).

La réaction des portoricains est immédiate : ils arrêtent le travail, et ils manifestent chaque jour devant la maison du gouverneur en exigeant sa démission. Le mot d’ordre # Ricky Démission  (# Ricky Renuncia) uni les travailleurs et la jeunesse de Porto Rico.

Le 23 juillet, 500 000 manifestants (sur une population de 3,2 millions de personnes) défilent dans les rues de la capitale, San Juan. Le 25 juillet, le gouverneur annonce sa démission.

Ainsi en deux semaines de mobilisation permanente, c’en était fini du gouverneur ! Forts de cette victoire, les portoricains discutent de l’annulation de la dette publique, de l’indépendance de l’île, et avancent le mot d’ordre de #Trump Renuncia, autrement dit #Trump Démission !

Le MCI, le 16/10/2019

Partager
Montrer
Cacher