Élections en Argentine

En Argentine pour une alternative de classe, il faut voter FIT !

Le 9 août dernier, en Argentine, les primaires obligatoires (PASO) pour désigner les candidats aux élections présidentielles et législatives d’octobre ont été organisées. Ce scrutin, encadré par la lutte des classes et par l’aggravation de la crise a été marqué par une abstention en hausse et par une baisse des résultats des candidats du système. Le Front pour la Victoire (Scioli), soutenu par C. Kirchner, perd 2 millions de voix par rapport à 2011.

Le Front de Gauche et des Travailleurs, (FIT en espagnol) qui regroupe les trois principales organisations trotskystes du pays, a obtenu 200 000 voix de plus qu’en 2011. Izquierda Socialista (IS – section Argentine de l’Unité Internationale des Travailleurs), une des trois principales composantes du FIT, appelle à mener une campagne unitaire pour les élections d’octobre. Nous reproduisons ici partiellement un article de Juan Carlos Giordano, candidat d’IS pour le poste de vice-président aux PASO.

La vote utile c’est le vote pour le Front de Gauche et des Travailleurs

Le FIT vient de réaliser de très bons résultats lors des PASO, obtenant 726 000 voix et dépassant largement le seuil éliminatoire pour se présenter aux élections d’octobre.

Désormais, le FIT se prépare à dépasser ce chiffre lors des élections d’octobre, en se renforçant comme alternative politique face aux candidats de l’austérité, pour soutenir les luttes, le syndicalisme combatif et pour gagner de nouveaux élus qu’il continuera à mettre au service des exigences ouvrières et populaires.

Soutenons la candidature de Del Caño à la présidence de la république, celle de Pitrola-Sobrero à Buenos Aires, celle de Liliana Olivero à Córdoba et toutes les autres candidatures à travers le pays !

Les candidats de la bourgeoisie Scioli et Macri essaient de jouer la carte de la polarisation pour les élections présidentielles d’octobre.

Ils n’y sont pas arrivés lors des primaires obligatoires. Scioli n’a pas pu capter toutes les voix « contre la droite » de Macri et ce dernier n’est pas arrivé à canaliser la colère contre le gouvernement et à la transformer en « vote sanction » en faveur du PRO (parti traditionnel de la bourgeoisie), obtenant seulement 30 %.

L’issue pour le gouvernement qui l’emportera, qu’il s’agisse de Scioli ou de Macri, est claire : faire payer la crise aux travailleurs, pour sauver les profits des entreprises. C’est cela qu’il faut rejeter et c’est à cela qu’il faut résister dès maintenant.

Changeons pour le Front de Gauche et des Travailleurs !

Heureusement, en Argentine il existe l’unité de la gauche que nous avons conquise au sein du FIT pour affronter ces candidats patronaux. Le FIT s’est consolidé comme force de gauche du pays. Nous avons obtenu de très bons résultats, meilleurs que ceux de 2011 et nous chercherons à progresser encore lors des élections d’octobre. Cette progression entre les PASO et les élections générales s’observe à chaque scrutin.

Lors des primaires obligatoires le FIT présentait deux listes : Altamira-Giordano pour PO-IS et Del Caño – Bregman pour le PTS. C’est cette dernière formule qui l’ a emporté et qui représentera le FIT aux élections présidentielles d’octobre.

Pitrola pour le PO et notre camarade « Pollo » Sobrero représenterons le FIT pour les élections au poste de gouverneur de la province de Buenos Aires.

Nous appelons à mener une campagne unitaire de tout le FIT pour défendre toutes les propositions essentielles qui font partie de son programme de fondation, en soutenant les luttes et le syndicalisme combatif, pour renforcer l’alternative politique des travailleurs et l’unité de la gauche.

Voter pour le FIT, c’est renforcer l’opposition des travailleurs contre les plans d’ajustement strucrurel à venir. C’est « utile » pour lutter pour les salaires, pour soutenir de nouveaux dirigeants syndicaux dans les usines et sur les autres lieux de travail.
C’est « utile » contre la bureaucratie syndicale qui boycotte les luttes. C’est « utile » pour défendre les mesures de base qui font partie du programme du FIT.

Il faut donner la bataille pour remporter de nouveaux sièges, pour que la voix des travailleurs, de la jeunesse et de ceux qui luttent soit mieux représentée aussi bien au Congrès National, que dans les pouvoirs provinciaux.

Maintenant il faut se battre pour que Liliana Olivero soit députée nationale à Cordoba, pour Pitrola et Schlotthauer à Buenos Aires, pour Solano et Marrone dans la capitale et Barbeito à Mendoza. Sachant que les mandats sont rotatifs entre les trois partis qui composent le FIT, nous pensons que les élus doivent faire partie du groupe unique des élus du FIT.

Partager
Montrer
Cacher