Hong Kong:Tout notre soutien à la révolution démocratique contre la répression! Communiqué du MCI

En 1842, l’Angleterre gagne la « guerre de l’opium ». La Chine « cède » alors Hong Kong, qui va rester une colonie anglaise jusqu’en 1997 (la « rétrocession »).

Autrefois administrée par un « gouverneur » directement nommé par la monarchie anglaise, Hong Kong est aujourd’hui dirigée par un « chef de l’exécutif », élu par « Comité électoral » composé de 1 200 personnes, représentant les différents secteurs de l’économie (finance, hôtellerie, import-export, industrie, assurance…). En outre, les candidatures doivent être validée par La Chine.

Ceci explique qu’un des combats central des hongkongais est une revendication démocratique : l’élection directe au suffrage universel du « chef de l’exécutif ».

Ainsi en 2014, Hong Kong avait connu sa « révolution des parapluies », qui avait consisté en un mouvement d’occupation des rues, et des manifestations réunissant jusqu’à 100 000 personnes.

En juin 2019, c’est un projet de loi d’extradition vers la Chine qui a mis le feu aux poudres. Cette loi permettrait que les hongkongais (opposants politiques, syndicalistes…) ne soient pas jugés à Hong Kong où ils bénéficient de la présomption d’innocence et du droit à un avocat, mais directement en Chine où la justice est expéditive.

Un million de personnes ont manifesté le 9 juin, puis deux millions le 16 juin, soit un quart de la population Hongkongaise ! Le 5 août, une grève générale très suivie a touché les transports, la construction, l’enseignement…

Face aux revendications, la répression du gouvernement a été extrêmement brutale : gaz lacrymogènes, œils arrachés par des tirs de balles en caoutchouc, arrestations brutales, recours aux triades… De plus, tout le mois de septembre, les manifestants ont été mis en joue par les armes de la police, jusqu’à ce que le 1er octobre, un manifestant se fasse tirer dessus à bout portant !

Le 4 septembre, la cheffe de Hong Kong a annoncé que la loi d’extradition serait retirée en octobre. Les manifestants ne se sont pas satisfaits de cette promesse et continue de se mobiliser chaque jour !

Cette mobilisation fait échos aux luttes des travailleurs en Chine pour défendre leur droit à l’organisation indépendante de l’Etat, dans le droit fil de la lutte de la place Tiananmen en 1989. D’ailleurs les organisateurs du rassemblement à Paris ont démenti les mensonges du PCC : les hongkongais ne veulent pas être rattachés à l’Angleterre.

Assez de répression !

Vive la liberté de s’organiser et de manifester des travailleurs !

Vive la solidarité internationale !

Le MCI , le 15-10-2019

Partager
Montrer
Cacher